Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

FICTIONNARY
fictionnary

Des histoires qui se dessinent par vos choix...

Actuellement : La hache d'or

L'histoire : Jean-Baptiste est un étudiant en histoire. Un matin, alors qu'il se rend à l'université, rien n'est comme d'habitude. Il se retrouve dans la forêt d'un monde étrange. Les gens qu'il croisent ressemblent à ses amis, mais outre la ressemblance physique, ils n'ont rien en commun avec ceux qu'il connait. De plus, tous semblaient attendre sa venue et le prennent pour un sauveur. Monstres, magie, dragons, il est bien loin de ses cours et du métro parisien...
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- La Hache d'Or - récit
- Fiches personnages
- Lexique
- Carte

5 DERNIERS ARTICLES
- situation
- version finale - 29
- merci pour gigantesque patience
- A coller à la fin du chapitre 28
- Version finale chap 28 + Vote
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- situation
- Version finale chap 28 + Vote
- Version finale chapitre 14
- info
- Version finale - Chapitre 4

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
01020304050607
08091011121314
15161718192021
22232425262728
293031
<< Octobre >>

BLOGS FAVORIS
1.Mondesparalleles
2.Champs-elysees
3.Zabimaru-manga
4.Soundtracks
Ajouter fictionnary à vos favoris

LIENS FAVORIS
- ichiza
- imôto
 Version finale chapitre 14 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

14

 

Matriben suivit le conseil de Lahomey. Aussi, le groupe prit donc le chemin boueux, se dirigeant vers le temple de l'oracle Ozalée. Après quelques minutes de marche, l'air devint plus humide, plus lourd, et le sol se faisait de plus en plus mou et glissant. Les marécages qui bordaient toute la partie Nord de la forêt, s'étendaient à présent devant eux. La brume s'épaississait, de sorte que très vite, ils ne purent plus distinguer à un mètre devant eux. De nombreux moustiques affamés vinrent agacer leurs oreilles. Plus ils avançaient, plus leur progression était laborieuse. Thanabat grognait d'avoir à affronter ce bourbier de l'enfer. « L'oracle a intérêt à nous dire des choses très intéressantes, parce que je n'endurerai pas tout ça pour rien ! » pensait-il. L'air chaud qui les avait accompagnés depuis leur départ avait cédé la place à une brise tiède et humide, chargée de la puanteur de la nature en décomposition. Bientôt, il n'y avait plus d'autre paysage que la brume et une terre boueuse, dans laquelle les six voyageurs s'enfonçaient de plus en plus.

-          On nous suit ! Affirma Lahomey.

-          Oui, dit Ibar, je l'ai senti.

Personne ne voulu en savoir plus, mais le pas de chacun s'accéléra. Enfin, après une heure de marche éreintante, le sommet du temple de l'oracle se devinait dans le brouillard.

 

*********************

 

Agenouillée devant l'autel dédié à l'oracle Ozalée, elle chassait les troubles de son esprit et se recueillait dans la sérénité et la concentration avant de commencer la préparation de la cérémonie. Ses longs cheveux noirs épais recouvraient ses épaules en une cascade indomptée de tresses fines et de mèches libres. Des bijoux raffinés décoraient ses oreilles pointues.

Des bruits vinrent troubler sa méditation. Son ouïe fine d'elfe ne la trompait pas. Des pas. Plusieurs personnes. Au moins cinq, peut-être six. Des gens s'approchaient. Elle se releva et tentait de percer l'épais voile blanc qui régnait en maître sur les lieux. Son cœur battait fort. Elle était partit sans la permission de sa communauté. Peut-être son père avait-il envoyé des hommes à sa recherche. Non. Ceux qui se dirigeaient par ici n'appartenaient pas à son peuple. 23) Le pas plus léger que celui d'une souris, des mouvements plus souples que celui d'un chat, la petite elfe se glissa derrière l'une des deux grandes portes ouvertes du temple. Le souffle court, elle les entendait s'approcher.

-          On est arrivé ! résonna la voix de Matriben.

-          Dépêchons-nous d'entrer, ordonna Lahomey. Cette chose semble nous talonner. Je peux deviner sa respiration.

Le groupe se mit à courir. Les six voyageurs entrèrent dans le grand temple de l'oracle. C'est seulement sur le seuil du lieu sacré que Thanabat se retourna. Une vision ? Un cauchemar ? Une atroce réalité ? Leur poursuivant était là, il le voyait courir vers eux.

-          Fermez les portes, cria Thanabat. Putain ! Fermez les portes !

Matriben et Marcus poussèrent le premier battant, Ibar et Zorba le second…

Plongés dans l'obscurité, ils étaient sauvés. Du moins, pour le moment. Personne n'osa plus bouger pendant une longue minute.

-          Qu'est-ce que c'était, murmura Lahomey ? Qu'est ce-que tu as vu ?

-          Attends ! dit Thanabat. Moi-même, je n'arrive pas à comprendre ce que j'ai vu.

-          Décris-le-nous alors, demanda Marcus.

-          J'ai vu… J'ai vu… Un truc… mi-volant, mi-galopant… Des ailes noires, immense. Trois queues pointues. Des yeux jaunes, comme ceux d'un aigle. La vache ! C'était flippant !

-          Vous avez vu la rapidité de ce truc ? Renchérit Zorba.

-         Bravo ! Et maintenant, qu'est-ce que vous comptez faire ?

 

-          Lahomey ? Ce n'était pas ta voix ça, n'est-ce pas ? demanda Marcus.

-          Non ! répondit-elle. Moi je n'ai rien dit.

-          Alors qui…

Matriben se tut. Maintenant que leurs yeux s'habituaient à l'obscurité, il distinguait de plus en plus nettement une fine silhouette plaquée contre le mur.

-          Qui es-tu ? 

La jeune elfe n'aurait pas pu rester dans l'ombre plus longtemps, puisque le battant de porte derrière lequel elle s'était glissée avait été refermé, détruisant ainsi sa cachette. Ses sens très aiguisés lui permettaient de ressentir les bonnes et les mauvaises ondes qu'une âme émet lorsqu'elle est exaltée. Elle s'avança, relativment confiante, vers le groupe qui venait d'entrer.

-          Wouahou, s'exclama Marcus lorsqu'il pu enfin distinguer la silhouette et le visage qui leur faisait face.

Matriben lui-même eut le souffle coupé devant cette apparition. Complètement déstabilisé, il déglutit péniblement avant de reposer sa question, sur un ton qui se voulait ferme. Mais sa voix trahissait son émotion :

-          Dis-nous qui tu es… S'il te plait.

-         Est-ce que cela a de l'importance, humain ?

-          C'est toujours mieux quand on sait à qui on parle, s'impatienta Thanabat !

-         Tu sembles aussi tranchant que ta hache, répondit l'elfe sur un ton toujours aussi calme. Ce qui est important, humains, c'est ce que vous comptez faire, maintenant que vous êtes tombés dans le piège de cette chose, et que vous m'y avez plongé par la même occasion !

« On s'est fait avoir comme des bleus ! » pensait Thanabat. « Merde ! On est pris au piège ! »

-          Puisque nous sommes venus voir l'oracle, dit Zorba, ne serait-ce pas le bon moment pour le consulter ? On règlera ce problème plus tard. Et même, peut-être que l'oracle saura comment nous faire sortir d'ici.

-          Oui, dit Matriben, c'est ce qu'il y a de mieux à faire.

-         Une minute, dit l'elfe, les mains sur les hanches. Je suis arrivée la première. Vous ne comptez pas me piquer la place quand même ?!

-          Je crois bien que si, dit le chef de Lantar. Désolé, mais c'est une urgence.

-         Désolée moi aussi, mais je viens également pour une urgence !

Matriben croisa les bras sur sa poitrine et planta ses yeux dans ceux de l'elfe :

-          Et on peut savoir ce qu'il y a de plus important que l'arrivé de l'élu ?

-         Qu…Quoi ?

Thanabat se sentait un peu gêné d'être la cause du conflit. D'autant que maintenant qu'il pouvait apercevoir le visage de l'elfe, il lui trouvait une ressemblance indéniable avec Pauline, la petite amie de son ami Benjamin, dont les traits étaient justement semblables à ceux de Matriben. Même si dans ce monde, ces deux-là ne se connaissaient pas, Thanabat se sentait coupable d'être au milieu d'une dispute entre eux.

-          C'est bon, dit-il à Matriben. On peut peut-être attendre notre tour. De toute façon, on ne peut pas sortir pour le moment.

-          Non, dit Matriben sur un ton radoucit. Je suis navré mais mon village est menacé et en tant que chef, je dois les protéger. Ils reviendront à Lantar et sans doute, plus nombreux et plus féroces. Cette affaire ne peut pas attendre.

-          Tu es Matriben ?  Le fils d'Abaraï ? demanda l'elfe, écarquillant ses grands yeux noirs.

-          Oui. Pourquoi ? ça change quelque choses ? répliqua t-il, têtu.

-         Et vous vous êtes fait attaquer ? Quand ?

-          Il y a deux nuits, dit Marcus.

Le visage de la petite elfe semblait se décomposer. Prise d'un vertige, elle vascilla. Matriben la rattrapa à la volée :

-          Hey ! Qu'est-ce qui ne va pas ?

Elle se restabilisa sur ses deux pieds et dit d'une voix blanche :

-          Je suis venue dans le but d'aider mon peuple, moi aussi. Je suis partit de Branoc il y a deux jours. Si vous vous êtes fait attaquer, alors mon peuple… mon peuple… est le prochain…

Ni Matriben, ni les autres ne surent trouver les mots pour rassurer la jeune femme. Brutalement, le chef de Lantar commença à sortir les rameaux d'une plante séchée. Thanabat reconnu les feuilles. C'était ce qu'ils avaient fumé à l'aide du fétime la nuit précédente.

-          Ne perdons plus de temps, dit Matriben tout en installant divers aliments à côtés de la plante séchée. Allez, Marcus. A toi de jouer.

-          Pardon ? Euh… je sais pas comment on fait moi ! répondit le magicien. Mais continues, t'étais bien partit.

Matriben poussa un long soupir :

-          Mais à quoi tu sers alors ? Moi je ne suis venu qu'une seule fois, avec mon père et Nostrabérus, quand j'étais petit. Je ne vais pas me souvenir de tout ce qu'il faut faire.

Le chef tourna un regard de chien battu vers Thanabat :

-          Hey, c'est pas la peine d'espérer quoi que se soit de ma part ! Ya pas d'oracle chez moi. Je sais pas du tout comment ils fonctionnent vos rites religieux.

 

L'elfe ramassa les offrandes que Matriben avait posé sur les marches, monta l'escalier et s'avança vers un autel qui surplombait la grande pièce :

-         Je me demande bien comment vous raisonnez, humains. Vous venez voir un oracle, mais aucun de vous n'a la moindre idée de comment s'y prendre.

-          Tu vas l'invoquer pour nous ? interrogea Matriben.

-         Oui… Même si ça ne me plait pas d'aider des humains. J'imagine que malgré ce qui sépare mon peuple et le vôtre, on doit s'entraider dans l'adversité, non ? Finallement, qui je suis n'a plus vraiment d'importance n'est-ce pas ?

-          Si, murmura timidement le chef de Lantar qui venait de perdre un peu de sa superbe.

-         Savez-vous comment formuler votre question ?

-          C'est-à-dire ?

-         L'oracle sait plein de choses mais si la question est mal posée, la réponse pourrait être floue ou incompréhensible. Je vous conseille de bien y réfléchir parce qu'une fois que l'oracle aura décidé que la séance est terminée, même si elle vient de commencer, vous ne pourrez pas l'invoquer avant plusieurs semaines. 24)

Pendant que l'elfe s'agenouillait devant l'autel, les six voyageurs l'observaient silencieusement. Marcus s'approcha d'Ibar :

-          Elle a les oreilles drôlement pointues, chuchota t'il.

-          Oui, répondit le jeune archer. C'est la race elfique.

-          Mais euh… justement, dit le magicien. Ils ne sont pas censés être blonds ?

-          Pas tous non. Il existe une race que l'on appelle « elfes noirs ».

-          Ah…

 

L'elfe tourna la tête vers ceux qui perturbaient sa prière silencieuse. Matriben toisait Marcus et fronça les sourcils. Le trouble ayant cessé, l'elfe se concentra de nouveau. Après plusieurs minutes de méditation, elle s'empara du sac qu'elle portait en bandoulière. Elle en sortit de nombreuses pièces de monnaies, visiblement faites d'or jaune, 3 barres de ce qui ressemblait à du chocolat, et d'autres rameaux séchés. Elle étala tout sur l'autel. Puis, elle s'avança vers un cordon tressé de fils rouges qui pendait du plafond et tira dessus. Une petite clochette tinta. Quelques secondes plus tard, entre les deux colonnes de marbre brun qui trônaient triomphalement au sommet des cinq marches, l'épais rideau rouge fut ouvert.

  Lire les 3 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 03-03-2008 à 17h36

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- situation

- version finale - 29

- merci pour gigantesque patience

- A coller à la fin du chapitre 28

- Version finale chap 28 + Vote

- Version finale chapitre 27

- Version finale chapitre 26

- Version finale chapitre 25




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 17-01-2007 à 09h14 | Mis à jour le 19-06-2008 à 21h24 | Note : 8.24/10